Biographies

Alice Julien-Laferrière

Le parcours d’Alice Julien-Laferrière lui fait étudier aussi bien le piano que le violon, les Lettres Modernes et le théâtre. Ayant choisi de se spécialiser dans le violon baroque lors de ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, elle réunit ces disciplines dans les projets de l’Ensemble Artifices, qu’elle crée en 2012.

En 2018 Alice s’installe en Saône-et-Loire, afin d’y développer un projet artistique comprenant les activités de l’Ensemble Artifices, le développement de la Turbine,  ainsi que les éditions Seulétoile qui y voient le jour en 2019.

Alice se consacre également au Duo Coloquintes qu’elle a fondé avec la violiste Mathilde Vialle, et dont le premier disque, Froberger en tête à tête, paru en 2016, est suivi d’un second volume consacré à Louis Couperin (Diapason d'Or), paru en mars 2020 et publié aux éditions Seulétoile.

Spécialisée dans les répertoires du XVIIe et du XVIIIe siècle, Alice est régulièrement invitée en soliste ou dans divers ensembles tant en France qu’à l’étranger. Au cœur de plusieurs projets qu’elle choisit pour leur intérêt musical et humain, on la retrouve avec l’ensemble Ground Floor (Diapason d’Or pour Il Genio inglese chez Harmonia Mundi), l’ensemble Faenza ou encore Kwartett.

Invitée régulièrement pour donner des cours dans divers conservatoires, Alice a commencé en 2020 à enseigner au conservatoire de Chalon-sur-Saône, en espérant y développer une classe de violon baroque. Elle a été invitée en 2019 par l’Université de Culture Chinoise de Taiwan pour y donner des masterclasses, et lance à l’été 2021 la première Académie de la Turbine.

Alice a fait plus spécifiquement partie en tant que premier violon de l’Ensemble Correspondances, des Surprises, et du Concert Brisé avec lesquels elle a enregistré de nombreux disques et joué dans les plus grandes salles d’Europe et de par le monde, avant de choisir de se consacrer plus intensément à ses projets et à réduire les tournées lointaines.

Discographie sélective :
— avec le Duo Coloquintes : Louis Couperin en tête à tête (Diapason d'Or 2020), Froberger en tête à tête (2016)
— avec Ground Floor : Il Genio Inglese (Diapason d'Or 2020)
— avec Le Concert Brisé : The Art of Henrich Scheidemann (Diapason d’Or 2016), Fontana – Gabrieli, Sonate & Canzone, H. Scheidemann (2014)
— avec l’Ensemble Correspondances : Perpetual Night (Diapason d'Or 2018), Pastorale de Noël, O Mysterium (2016), Le Concert Royal de la Nuit (2015), Litanies de la Vierge (2013), O Maria (2010)
— avec l’Ensemble les Surprises : Bach Inspiration (2018), L’Héritage de Rameau (2017), Les Eléments (2016), Rebel de père en fils (2014)
— avec l’Achéron : Johann Bernhard Bach, Ouvertures (2016)

L'Ensemble Artifices

Axé autour de l’imitation emblématique de la pensée baroque friande du trompe-l’œil et de l’illusion, l’Ensemble Artifices a été créé à l’issu du travail de recherche de Master d’Alice Julien-Laferrière, portant sur l’influence de l’imitation dans le langage violonistique (soutenu en 2012 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon).
L’Ensemble Artifices est un lieu d’expérimentation avec lequel Alice Julien-Laferrière et les artistes dont elle s’entoure élaborent des programmes et manifestations réunissant plusieurs domaines : la littérature, la recherche historique, le théâtre, le cirque, la chanson, la campanologie, l’écologie, le théâtre d’ombres, l’ornithologie, le dessin…
Les oiseaux chanteurs, l’évocation des cloches en musique et leur place dans la société, la poste aux XVIIe et XVIIIe siècles, le pastiche ou l’imitation des bruits du quotidien : ces thématiques de prédilection sont développées sous diverses formes — en concerts et spectacles tous publics ou adaptés aux enfants, mais également en conférences musicales, interventions scolaires, balades musicales ou encore sous la forme d’édition de disques et de livres-disques.
L’année 2018 a vu paraître les Bottes de Sept Lieues ou les exploits du Petit Poucet devenu courrier, un livre-disque enregistré grâce au soutien du Musée de la Poste et édité par Harmonia Mundi dans la collection LittleVillage.
Une version théâtrale de ce conte a été créée à l’automne 2018 (le spectacle sera joué une vingtaine de fois), suivie par Papa Bach !, un spectacle pour enfants écrit par Karin Serres, en cours de diffusion.
Le second livre-disque de l’ensemble, Le Violon et l’Oiseau, est paru en décembre 2019 aux éditions Seulétoile, suivi d’une parution sous forme de disque en mai 2020.
Ce projet concrétise un partenariat avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux qui a donné lieu depuis plusieurs années à des balades musico-ornithologiques, à des expositions accompagnant des concerts, ainsi qu’à des conférences croisées.
L’Ensemble Artifices entretient également un partenariat avec le Musée de la Poste, renouvelé chaque année depuis 2013, et ayant donné lieu à plusieurs spectacles, conférences, éditions, aventure qui se poursuivra à l’automne 2020 par l’enregistrement d’un disque consacré au cor de postillon.
Tout en développant une activité « locale », autour de la Turbine, lieu de résidence et de création en Saône-et-Loire, l’Ensemble Artifices s’est produit dans des lieux insolites et naturels (de nombreux parcs régionaux, jardins de musées, etc..), ainsi que dans de grands festivals : La Folle Journée de Nantes, Via Aeterna, le Midsummer festival du château d’Hardelot, à Ambronay, à la Cité de la Voix de Vézelay et dans bien d’autres endroits.
Klinge, klinge, Posthorn !, version allemande du spectacle sur le cor de postillon, a été donnée à Brême (Allemagne), et la Balade des Oiseaux au Jardin botanique de Singapour.
En 2021 l’Ensemble Artifices lance la première Académie de musique à la Turbine, accompagnée d’un festival sur la semaine avec de nombreuses propositions musicales et conférences.

Les Artistes associés

L’Ensemble Artifices invite des artistes spécifiques selon les programmes et l’univers de chaque projet.

Chaque musicien est choisi pour ses compétences particulières, selon les thèmes développés, ce qui confère à chaque prestation une grande qualité artistique et une singularité pour chaque programme.

Outre les musiciens, ce sont également des écrivains, metteurs en scène, costumiers et couturières, clowns et ornithologues, danseuse, compositeurs, dessinatrices et illustratrices, graphistes et vidéastes, facteurs d’instrument, siffleurs d’oiseaux… une pluralité de corps de métiers qui participent aux création originales de l’ensemble.

auteures : Armelle Bossière, Karin Serres

les Chanteurs d’oiseaux : Jean Boucault et Johnny Rasse

chanteurs : Étienne Bazola, Romain Bockler

chanteuses / comédiennes : Caroline Bardot, Agathe Peyrat, Lise Viricel, Myriam Arbouz

comédiens / clown : Jean-Denis Monory, Philipp Vöhringer

contrebasse : Agustin Orcha Mata

cor : Lucien Julien-Laferrière

clavecin : Kazuya Gunji, Takahisa Aida, Mathieu Valfré, Arnaud De Pasquale, Patrick Ayrton

clavicloche, toupin  : Joël Grare

compositeurs : Henri Marchand, Aristide Moari

cor de postillon/ trompette : Jean-François Madeuf, Jean-Daniel Souchon

costumier : Camille Bodin-Nourisson

couturières : Chloé Vos, Agathe Trotignon

danse : Adeline Lerme

flûtes et appeauxMatthieu Bertaud

graphistes : Marion Huet, Emmanuel Mey, Octopus, Émilie Michaud

illustratrices, dessinatrices : Claire Fanjul, Victoria Morel, Mélusine Thiry

ingénieure du son : Marie Delorme

mise en scène : Armelle Bossière, Pénélope Lucbert, Pierre-Alain Four

régisseurs : Yann Dupont, Guillaume Clerget

théorbe et guitare : Thibaut Roussel, Rémi Cassaigne, Étienne Galletier

vidéastes : Dimitri Burdzelian, Octopus, Yann Dupont

viole de gambe : Mathilde Vialle, Julie Dessaint, Sarah Van Oudenhove

violon baroque : Raphaëlle Pacault, Yoko Kawakubo, Michel Coppé

violon dit « moderne » : Éléonore Darmon

violoncelle : Cécile Vérolles, Julien Hainsworth