Concert poétique et scientifique autour des abeilles pour clavecin, chant et violon

De la musique et de la poésie pour ouvrir les sens et voir autrement ce qui nous entoure… ou comment partir des créations artistiques des siècles passés pour ouvrir une réflexion sur notre propre temps.

Cette petite pièce pour clavecin de François Couperin intitulée Les Abeilles (1713) sera accompagnée dans ce concert-conférence de multiples œuvres du XVIIIe siècle évoquant cet insecte et son environnement.

Nous voyagerons entre poésie et musique avec la cantate L’Amour piqué par une abeille de Nicolas Clérambault (1710), dont le livret reprend une Ode de Ronsard (16e s.), qui lui-même s’était inspiré d’un poème anacréontique (6e s. avt JC).

La piqure de l’abeille sera également évoquée en musique par Les Dards homicides de Couperin (1730), tandis que d’autres pièces figureront plutôt son vol ou des insectes faisant partie de son environnement aérien : le papillon, que l’on retrouve notamment dans l’air Papillon amoureux de Courbois (1730), ou encore Le Moucheron ou La Guêpe, sans oublier le faux bourdon !

Sylvie guérit Phillis de la piqure d’une abeille, François Boucher, 1755

Son environnement naturel, les fleurs, seront également présentes : Les Violettes fleuries de D’Agincourt (1733) et l’air Je suis la simple violette, ou encore La Fleurète de Dandrieu (1728), Les Vergers fleuris et Les Lys naissants de Couperin (1722)…

Une mise en regard scientifique et historique sera faite entre la lecture d’écrits naturalistes des XVIIe et XVIIIe siècles et les œuvres musicales et picturales qui seront présentées, afin d’illustrer cette représentation de l’abeille dans les siècles passés tout en ouvrant une réflexion sur notre propre temps.