Du baroque dans la Symphonie pastorale de Beethoven

« Symphonie pastorale, ou souvenir de la vie rustique » Ce n’est pas dans son habitude à Beethoven de donner un titre à une partition ! Pastorale… qu’est-ce que ce mot vous évoque ? Des Pastorales, dans la peinture, il y en a eu beaucoup dans l’art galant de la fin du XVIIIe siècle.. on y voit la nature, la vie champêtre… des bergers… car pastorale, ça vient de « pâtres » ! Ces bergers qui faisaient sonner leur flûte pendant qu’ils gardaient les moutons, une tradition qui reste encore en vigueur du temps de Beethoven, qui les entend quand il se promène dans la campagne…
Des airs populaires, des danses paysannes et rustiques, le cor au fond des bois, l’évocation de l’eau, de quelques oiseaux, de la pluie, du vent et du tonnerre… Beethoven utilise des éléments descriptifs bien connus des musiciens des siècles précédents pour évoquer la nature dans la musique.
Un comédien prend tour à tour la voix d’un conférencier ou de divers écrivains ayant parlé de cette oeuvre et fait le lien entre l’enregistrement de la symphonie qui est diffusé, et les musiciens qui partent à la recherche des sources d’inspiration de Beethoven. Ainsi on pourra entendre la cornemuse, des flûtes-pipeaux, flûtes à trois trous et fifres, l’évocation de la caille, du coucou et du rossignol dans des oeuvres précédant la Symphonie pastorale.

« C’est de la nature vraie qu’il s’agit ici »
Hector Berlioz, commentaire sur les symphonies de Beethoven